Une Perspective Interculturelle de L’Église en Mission en Europe

Du Sud global au Nord global : Une histoire missionnaire.
L’un des défis les plus intimidants que j’ai dû relever dans toute ma vie a été de quitter le Sud, spirituellement dynamique, pour le Nord, spirituellement tiède, en particulier lorsque j’ai quitté mon Zimbabwe natal pour le Royaume-Uni, mon pays d’adoption, un paysage spirituel différent mais un champ de mission très fascinant. J’étais un jeune missionnaire africain enthousiaste, chargé d’établir une église multiraciale et multiculturelle dans une société postmoderne. Ma famille a dû naviguer en terrain inconnu en termes de cadre juridique et social, de contexte culturel et spirituel, associé à toute la question de l’injustice et des préjugés raciaux à différents niveaux de la vie et du ministère.

Pendant les saisons de recherche de Dieu, j’ai compris que Dieu était en fait à l’œuvre en moi dans les domaines de la prière et de la foi ainsi que dans ma capacité à développer de véritables amitiés interculturelles. Ma perspective s’élargissait et une vision globale pour atteindre des personnes de toutes les nations prenait racine dans mon cœur. Je me suis rendu compte que le visage de la mission avait changé : elle est européenne ! L’Europe du XXIe siècle est devenue l’un des champs de mission à la croissance la plus rapide pour le ministère interculturel.

Mon histoire est typique des missionnaires africains en Europe. J’ai été marqué par le choc culturel initial, le manque de préparation et mon inadéquation. Un point de réflexion important pour moi est que, bien que j’aie suivi une formation ministérielle en Afrique, j’ai trouvé des lacunes importantes dans ma compréhension de la pratique du ministère dans un contexte dominé par le nominalisme, où la culture chrétienne est entrelacée avec les “dieux de l’Europe” – l’argent, la richesse et le consumérisme.[i]

 J’ai dû découvrir que, dans le domaine de la mission européenne, les questions de nationalisme[ii], de migration, de diaspora, de relations avec l’Église et d’injustice raciale touchaient toutes la missio Dei (mission de Dieu) au quotidien et avaient une incidence directe sur la missio ecclesiae (mission de l’Église).

Développer une philosophie de ministère pour une église interculturelle en Grande-Bretagne.
Cela me rappelle le monde ethnique extrêmement complexe du premier siècle, dont témoigne la multiplicité des nations réunies à Jérusalem pour la Pentecôte dans les Actes 2. Le programme missionnaire des Actes des Apôtres vient d’un Dieu missionnaire (Actes 1, 8). Les grandes lignes de la formation de disciples missionnaires ont été exposées dans Matthieu 28:16-20. Face à de nombreux défis, nous avons entrepris de développer une philosophie ministérielle pertinente et d’implanter une église interculturelle.

Une église interculturelle est une communauté de croyants centrée sur Jésus qui célèbre intentionnellement la créativité de Dieu en s’écoutant les uns les autres avec empathie. Kirk Sims considère l’unité dans la communion des églises interculturelles comme un signe de l’accomplissement du ministère du Saint-Esprit, et leur amour comme un témoignage clair au monde qui les entoure[iii]. Il affirme que les membres de ces églises reconnaissent que leur cécité culturelle limite leurs perspectives de l’Évangile et qu’ils souhaitent donc que des personnes différentes d’eux s’expriment dans leur vie et vice-versa.

Caractéristiques d’une église interculturelle

Tout d’abord, une église interculturelle doit refléter une saveur internationale.
Ma femme et moi avons le privilège de faire partie d’une église au Royaume-Uni qui a réussi à rassembler des personnes de différentes races, ethnies et cultures. L’une des stratégies que nous avons utilisées a consisté à créer un “espace sûr” pour la conversation et la célébration de la diversité multiethnique. Nous avons notamment organisé un événement international appelé “Taste of the World”, dans le cadre duquel nous célébrons un thème ou une activité commune à la majorité des cultures représentées dans la ville, mais exprimée de manière distincte. Parmi les thèmes que nous avons abordés, citons l’hospitalité, les pratiques de mariage et la célébration d’événements importants. Nous utilisons ensuite une lentille biblique comme dénominateur commun pour encadrer le message de l’Évangile. Cet événement international annuel se termine toujours par un “festin” célèbre pour sa cuisine internationale. Les différents plats délicieux sont préparés et présentés par les membres de notre communauté, issus de différentes cultures. Ces événements rassemblent la communauté et créent un “espace sûr” pour que les conversations multiethniques se déroulent dans un cadre informel tout en permettant à l’église de présenter le message de l’Évangile d’une manière adaptée au contexte. Nous avons vu la communauté se familiariser avec l'”église” et explorer le christianisme !

La plupart des villes d’Europe connaissent des changements démographiques importants, et ce sont souvent les églises interculturelles qui prennent le pouls des courants sociaux qui soufflent dans nos communautés, ainsi qu’une compréhension de la diversité du monde de Dieu grâce à leur réflexion sur les communautés auxquelles elles rendent service. Ainsi, une congrégation interculturelle est celle qui présente le mieux l’expression trinitaire de la diversité dans l’unité et de l’unité dans la diversité. Bien que les églises interculturelles ne soient pas un miroir parfait du ciel, elles ont fait des progrès pour briser les nombreuses barrières qui empêchent le rassemblement de personnes de races, de cultures et d’origines différentes.

Deuxièmement, une équipe de direction à l’esprit flexible pour l’expression du ministère.
L’équipe de direction des églises interculturelles doit faire preuve d’ouverture d’esprit dans son approche de la pratique du ministère. Les églises interculturelles ont tendance à s’adapter constamment en raison du mélange de peuples et de cultures différents, de styles de culte différents, de langues et de formes diverses empruntées, dans certains cas, à d’autres traditions chrétiennes.[iv] Mon expérience en tant que membre d’une équipe de direction dans une église interculturelle est que leurs modèles de mission doivent refléter la portée mondiale de l’Évangile et le salut universel de Dieu par Jésus-Christ, quelle que soit leur taille ou leur composition initiale.

Notre liturgie (prière, chant et prédication) doit être suffisamment flexible pour refléter la diversité tout en restant constante par rapport à celui que l’on vénère, à la centralité du message évangélique et aux croyances fondamentales de notre foi évangélique. Il est de la responsabilité de l’équipe dirigeante de maintenir la missio Dei au premier plan de l’église et son attrait peut être évident, surtout si l’église “joint le geste à la parole” et “joint la parole au geste”.

Dans le cadre de l’articulation de la flexibilité des mentalités, l’équipe de direction d’une église interculturelle doit s’engager dans les questions d’identité et de justice raciale dans la mesure où elle touche au Corps du Christ. Afin de traiter ensemble les événements mondiaux actuels autour des questions de justice raciale, l’église doit réfléchir à la manière dont nous pouvons assurer le leadership dans des moments comme celui-ci. Nous devons formuler notre réponse à l’injustice raciale de manière à ce que chacun puisse voir l’amour de Dieu vécu à la fois dans nos messages et dans nos actions. Le commandement central que Jésus donne est d’aimer Dieu et d’aimer son prochain. Une église interculturelle est en mesure de vivre ce message et d’être un miroir que la société peut imiter. Notre église a eu besoin d’avoir des conversations sur la question de savoir comment la race, l’injustice et l’évangile se croisent.

Troisièmement, une église interculturelle lance l’engagement social.
Les églises interculturelles axées sur la mission cherchent à surmonter les barrières sociales et culturelles qui découlent de leurs paradigmes stéréotypés en introduisant l’action sociale comme une initiative missionnaire. Notre église a lancé un projet consistant à fournir un repas de deux plats préparés dans ses locaux pour les moins privilégiés de la ville. Les responsables du projet ont constitué une équipe de base de bénévoles pour gérer le projet et ont également créé une opportunité pour les personnes privilégiées de la communauté de se porter volontaires pour cette “initiative communautaire” financée et gérée par l’église. Le projet a attiré un large éventail de personnes de tous horizons, ainsi que des professionnels désireux de faire une différence dans leur communauté.

Grâce à cette initiative, les gens n’ont pas seulement reçu un repas, mais des opportunités ont été créées pour se lier d’amitié avec des personnes de la communauté. Nous avons pu prier pour ceux qui étaient ouverts à cette initiative et offrir un soutien pratique à ceux qui en avaient besoin. Pour une église du 21e siècle qui cherche à être pertinente en Europe, la question n’est pas de savoir si nous connaissons bien les gens, mais si nous traitons bien les gens de toutes les ethnies et de tous les milieux. Si notre attitude est juste (amour et attention), si nos actions sont justes (servir avec un amour agape), et si notre disponibilité est juste (ouvert à Dieu pour nous utiliser quand il le veut), alors les conversations peuvent s’engager très tôt dans une relation qui peut ensuite mener au statut de disciple.

L’engagement social est donc un canal pour une mission holistique et une stratégie efficace pour construire un pont de capital social pour évangéliser les communautés. La mission chrétienne d’une église interculturelle locale doit également être rédemptrice en agissant sur les préoccupations sociales et spirituelles des sociétés européennes telles que la toxicomanie, l’alcoolisme, les crises de grossesse, l’oppression spirituelle et la délinquance des jeunes. Ce faisant, l’église au sens large proclame un évangile rédempteur holistique qui fait preuve de compassion sociale et d’amour envers le prochain en transcendant les barrières ethniques et raciales.

Enfin, faire des disciples est une stratégie missionnaire de mobilisation.
Bien que tout ce qui précède soit un reflet important d’une église interculturelle en Europe, la question de la formation de disciples missionnaires ne peut être négligée. L’église est appelée à être un mouvement missionnaire, qui se consacre à la formation de disciples qui se reproduisent. Le principe et l’ADN d’un processus de formation de disciples est de faire des disciples qui font des disciples de toutes les nations en établissant des relations. Les relations sont indispensables dans les églises interculturelles où la formation de disciples se déroule dans des contextes divers où les gens se trouvent à des niveaux de compréhension différents et sont confrontés à des barrières telles que la langue, les ressources, etc.

En termes de mobilisation, une église interculturelle ne forme pas seulement un groupe de personnes, mais a le privilège d’équiper des leaders émergents du monde entier pour qu’ils puissent atteindre des frontières au-delà de l’hémisphère occidental. C’est là qu’intervient l’idée de partenariat : des églises partageant les mêmes idées collaborent pour créer un “espace d’apprentissage mondial” pour le bien de la mission de Dieu. L’église interculturelle locale fait partie intégrante de la mission et du dessein de Dieu. En raison des migrations, nous sommes privilégiés en Europe de ne pas avoir nécessairement besoin de partir pour des missions à l’étranger comme c’était le cas dans un passé pas si lointain, mais les nations sont maintenant à notre porte ! Alors que les partenaires missionnaires du Sud entrent dans le Nord pour proclamer le Christ, le concept de mission “de toutes parts vers toutes parts” est désormais une réalité mondiale. Nous avons donc la possibilité d’atteindre les nations plus rapidement que nous ne pouvons l’imaginer.

Conclusion
Sur la base du modèle interculturel de l’église d’Antioche Actes 11, ma réflexion est que les églises interculturelles ne sont pas seulement bibliques, mais aussi essentielles à l’avancement de l’évangile en Europe au XXIe siècle. Il y a plusieurs caractéristiques que l’on peut glaner auprès des églises qui travaillent dans plusieurs parties de l’Europe, mais j’espère que les quelques-unes qui ont été abordées sauront vous émouvoir. C’est une époque de possibilités missionnaires pour l’église locale de participer de toutes les manières possibles à faire connaître le Christ parmi les personnes que vous appelez vos “prochains”.


Notes de Fin

[i] Olof Edsinger, ‘How can we overcome the gods of Europe.’ Vista (35), 3 March 2020. Accessed on 6 August 2020.

[ii] Jim Memory, ‘Reconciliation in the Conflicted Continent.’ Lausanne Movement Europe Impact Group Conversations. June 2019. Accessed 8 September 2020.

[iii] Kirk Sims, “3 Things You Shouldn’t Expect in an Intercultural Church.” Seedbed. Accessed on October 26, 2015.

[iv] Lisa Lloyd, ‘The Mission of the International Church.’ Vista (26), January 2017. Accessed 6 September 2020.