Burnout

Republié avec la permission du Headington Institute, voir l’article original ici
Photo de Ian Espinosa sur Unsplash

Le burnout (ou épuisement professionnel) est un sujet dont j’entends souvent parler dans mes conversations avec les gens. Notre test d’auto-évaluation du burnout (Montrez-vous des signes d’épuisement ?) a été une ressource très utile au fil des ans. Au cours de mes consultations avec les travailleurs humanitaires et les intervenants d’urgence, j’ai commencé à visualiser le problème de l’épuisement en pensant à la construction d’un château de sable sur la plage. La pression et les exigences du travail sont comme les vagues de l’océan – elles seront toujours là. Si le château de sable est le reste de votre vie (famille, amis, santé, objectifs personnels), il doit être construit en tenant compte de la pression constante du travail.

J’aimerais que vous réfléchissiez à votre définition actuelle de l’épuisement professionnel. La plupart des gens associent l’épuisement professionnel à une charge de travail élevée et à la fatigue ou au stress qui en résulte. C’est un élément très important de l’épuisement professionnel, mais les recherches indiquent qu’il ne s’agit pas d’un tableau complet. Quand il s’agit que de fatigue, de nombreuses personnes peuvent trouver un moyen de réduire leur charge de travail, de faire une pause ou même de s’adapter à travailler plus d’heures dans une semaine (si elles aiment leur travail). L’épuisement professionnel semble se produire lorsque deux autres facteurs sont présents avec la fatigue : le cynisme et l’inefficacité.

Le cynisme qui entoure notre travail signifie que nous n’avons plus le sentiment que les objectifs plus larges de la mission ou du projet sont réalisables ou significatifs. Cela peut être dû à différents facteurs, tels que le manque de coopération au sein d’une équipe ou les divers obstacles structurels qui peuvent rendre le travail de développement et d’aide d’urgence inefficace. Les gens sont capables de s’étirer et d’accepter des défis lorsqu’ils ont le sentiment que leurs efforts seront récompensés, mais pas lorsqu’ils ont le sentiment que leur travail est inutile. L’inefficacité fait référence à notre sentiment personnel de productivité ou d’effort réduit. J’entends souvent les gens décrire cette dimension comme l’expérience de travailler le même nombre d’heures, mais d’avoir de moins en moins de résultats. L’auto-observation du fait que l’on n’est plus “performant” peut être une expérience pénible en soi.

Pensez donc à l’épuisement professionnel comme à une formule qui se compose de trois parties :

Burnout = surmenage / fatigue + cynisme + inefficacité

Maintenant, certains organismes, emplois et rôles peuvent vous faire courir de plus grands risques dans l’un de ces domaines. Le domaine du travail humanitaire est notoirement exigeant. Mais il y a aussi des moyens d’être stratégique pour éviter l’épuisement professionnel. Voici quelques idées :

  • S’engager dans des habitudes de conciliation travail-vie privée peut vous aider, par exemple en vous assurant que vous vous éloignez de votre ordinateur de travail après un certain temps ou en prévoyant des activités épanouissantes et reposantes pendant vos pauses. Un sommeil suffisant, une alimentation nutritive, de l’exercice régulier et l’accès à un soutien social sont autant de choses qui peuvent prévenir la fatigue, mais vous devez les maintenir en place pour qu’ils puissent travailler !
  • Sachez à quoi vous êtes susceptible. Certaines personnes sont prédisposées à ressentir du cynisme ou de l’inefficacité au travail, parce qu’elles ont déjà ressenti cela dans d’autres domaines de leur vie.
  • Restez conscient de ce que vous ressentez. Les signes de cynisme et de fatigue ne se manifestent jamais d’un seul coup ; ils se développent progressivement.
  • N’ignorez pas les signaux d’alerte précoce. Souvent, le moment le plus efficace pour intervenir est celui où vous commencez à vous sentir stressé, mais beaucoup de personnes attendent d’être au bord de l’effondrement avant de se donner la permission de demander de l’aide. Si vous ne ressentez qu’une ou deux des composantes du burnout, c’est un moment très important pour demander le soutien de votre famille, de vos collègues, de vos amis ou d’un professionnel de la santé mentale.